Comment faire un bon cunni: L'art du sexe oral

papaya-544395_1920.jpg

Différents types de cunnis, pour tous les goûts!

On se penche aujourd'hui sur l'art du cunnilingus! Malgré un nombre grandissant d'articles en ligne sur la topographie intime féminine (et on sait qu'elle varie grandement d'une femme à l'autre), il manque des infos pratiques (et techniques) pour bien réussir à stimuler les boutons et amener mademoiselle/madame ou toute personne possédant un vagin+clitoris, au 7e ciel.

Cela dit les corps, les envies, et les 'turn-ons' peuvent être plus ou moins différents pour chacune, ce qui fait que chez Green Condom Club, on a décidé de laisser la parole à des femmes et à des hommes pour avoir (enfin) une idée un peu plus claire de ce qui fonctionne, ou de ce qui ne fonctionne pas, et d'ouvrir un éventail un peu plus large. Plusieurs techniques s'offrent à nous, et à vous, pour aller tester différents mouves avec vos partenaires!

Alors allons-y d'abord avec les femmes!


LA PAROLE AUX FEMMES


LA PRAGMATIQUE
La première chose qui me vient à l'esprit est que les sexes de femmes sont tellement différents physiquement les uns des autres que chacune d’elles n’aime pas nécessairement recevoir le même cunni! À chaque femme sa méthode, c’est un vrai casse tête... Une chose à vraiment éviter, c’est d'aspirer sans cesse, ça peut-être douloureux!
Sinon, garder la bouche ouverte et respirer est souvent très efficace!


LA SENSATIONELLE
En fait c'est assez difficile d'expliquer ce qui fait du bien, comme le donneur/ la donneuse de cunni se trouve en général dans un angle mort, je n'ai aucune idée de ce qui s'y passe d'un point de vue technique, mais je pense préférer un bon mélange de langue et de doigts.


LA MATRELÉE
Sérieusement, je vous en prie, ne martelez pas la zone avec votre langue comme si vous étiez sur un chantier de construction. Ça ne sert absolument à rien sauf à nous rebuter et nous faire rire simultanément.


LA LIBÉRÉE
Pour un bon cunni: non seulement la personne doit être attentive à sa partenaire mais, celle qui reçoit doit aussi être libre dans sa tête. Il faut aussi prendre son temps. Je connais peu de femmes qui aiment se faire sauter dessus.

En général des caresses et des petits bisous déposés avec douceur sur les cuisses, l’aine et les lèvres font déjà une bonne partie de la jouissance. Et le mot clé: douceur. C’est pour ça aussi que le plaisir entre femme est si connu. Car c’est faire un cunni comme tu aimerais le recevoir, avec douceur.

Après pour ce qui est du clito ou des lèvres voir même de sucer l’entrée du vagin cela dépend de chacune mais cela peut changer aussi avec les années où le moment. J’avoue que ce que je préfère, c’est quand on a tout notre temps.


LA SPIRITUELLE
Se connecter avec l'autre et son énergie, respirer au même rythme que l'autre, prendre son temps, s'oublier soi-même et se concentrer sur l'autre, se laisser guider par son intuition... Car on est tous différents, avec un vécu différent et des fantasmes différents.


LA DIGITALE
Contrairement à ce que croit l'opinion générale, une femme n'a pas besoin d'être amoureuse pour prendre du plaisir. Amour et jouissance ne sont pas nécessairement interconnectés!

Un bon cunni commence avec un bon french kiss annonceur de ce qui va se passer en bas ensuite. Se faire lécher les lèvres, la langue, se faire embrasser dans le cou fait déjà frémir de plaisir et c'est une technique sans faille pour huiler la machine. Les mains d'un homme, quand elles sont tendres mais fermes, peuvent faire facilement chavirer une femme!

Les préliminaires n'ont pas besoin de durer 1h, quelques mains bien placées (serrer les hanches, les fesses, une main glissée dans les cheveux et hop, je suis prête).

Je préfère être complètement nue pour un cunni, donc il ne s'agit pas ici de m'arracher le pantalon et de passer au travail, autant laisser la poitrine et le reste de la peau accessible au toucher pour plus de sensations.

Niveau technique, une fois arrivé en face du minou, il y a un plaisir énorme d'anticipation; qu'un homme m'écarte les jambes doucement, qu'il prenne son temps, qu'il me regarde, ouverte, devant lui en respirant sur ma vulve me fait déjà tourner la tête. Je préfère même qu'il commence avec les doigts, autour, dedans, qu'il se serve des pouces, qu'il m'ouvre entièrement à lui. Quand il commence à lécher, qu'il garde un doigt ou deux dans mon vagin avec un va-et-vient jusqu'à ce que je sois assez mouillée pour en mettre un troisième. Là, il peut lécher de bas en haut et s'attarder plus sur mon clitoris. Finalement la langue n'est pas l'outil le plus important pour moi dans un cunni, il faut vraiment que celui ou celle qui me le donne utilise ses mains. J'adore par-dessus tout la sensation d'un pouce qui me masse le clito.

Une fois que mon partenaire a trouvé la bonne combinaison, le plus important pour que je jouisse est de conserver les mêmes mouvements tout en accélérant doucement le rythme. Un peu de dirty-talk ne fait jamais de mal non plus! Certains hommes sont de grands fan de l'anus, et si c'est le cas, une petite léchouille bien ‘timée’ tout en stimulant le clito peut me faire jouir très facilement!



LA PAROLE AUX HOMMES


LE DÉGUSTATEUR
Tout d'abord quelques préliminaires. On s'embrasse, on se caresse. On met madame à l'aise, et on se met aussi dans une position confortable si on veut pouvoir prendre son temps. Ce n'est pas une course, c'est une dégustation. Je commence doucement, et j'augmente le rythme au fur et à mesure qu'elle devient de plus en plus mouillée. Bien évidemment, je donne beaucoup d'amour au cilto tout en la pénétrant avec mes doigts!


LE MUSICIEN
C'est comme jouer de la harpe avec les doigts et les lèvres 😉


LE CUNNILINGUISTE
Je vais commencer par dire qu’on reçoit peu de conseils à ce sujet, donc à moins d’en demander activement au moment de l’acte, de se renseigner en amont ou d’avoir eu de très nombreux partenaires, l’homme avance souvent à l’aveugle à ce sujet. De mon expérience, je dirais qu’il ne faut pas y aller trop directement, c’est-à-dire de la bouche (ou ailleurs) au cunni en 1 seconde. Il faudrait par exemple embrasser la bouche puis en même temps aventurer gentiment les doigts vers le vagin puis jouer avec le clito, suivis de baisers dans le cou, les seins, le ventre puis la vulve. 

Je concentre l’essentiel de mon activité cunnilinguistique à lécher le clitoris avec beaucoup de salive. Je tente de varier la vitesse et d’utiliser mes mains pour glisser un doigt ou plusieurs dans son vagin et masser les seins ou prendre une fesse à une main. On peut aussi jouer avec l’anus selon la femme, avec un doigt. Souvent, je descends sous le clitoris et glisse mon nez ou ma langue dans le vagin, en ressort puis lèche les lèvres et continue dans la zone. J’aime beaucoup cette zone qu’on appelle parfois le « U » (allant du clitoris à l’anus) et le nettoyer. Je passe donc souvent du cunnilingus à l’anulingus et m’y attarde aussi.

Durant l’acte, j’essaie surtout d’être à l’écoute de ma partenaire. Si elle est silencieuse, je me dis que c’est parce que je ne la stimule pas et tente donc de changer les différents éléments évoqués ci-dessus (vitesse de la langue, placement des mains et des doigts, etc.). Si sa respiration est bruyante et/ou elle gémit, je me dis que ça lui plaît et continue donc ce que je fais jusqu’à l’orgasme qui ne vient pas avec toute les femmes pour de nombreuses raisons. Parfois je le lui demande simplement ce qu'elle aime. 

Parler brièvement et demander si tout va bien permet un échange bienvenu.

Pour finir, on peut varier les positions du cunnilingus. Le 69 permet par exemple d’approcher le cunni sous un autre angle et d’utiliser le nez pour stimuler le vagin. Faire asseoir la femme sur son visage est une autre variation intéressante et excitante pour celui qui donne le cunni.


L'EXPERT
Je suis un adepte de cette pratique depuis longtemps et en fait souvent l’éloge à mes ami(e)s. J’ai souvent entendu que c’était accessoire, que ça fait peur (une expérience ou une odeur qui ne passait pas), ou même que certaines filles ne veulent tout simplement pas. En ce qui me concerne, c’est une passion et un sujet dont je pourrais parler quelques heures durant. Je vais m’en tenir à l’essentiel et quelques particularités. 

Tout d’abord, c’est un lieu magique, l’ADN d’une femme, avec des différences aussi importantes que le sexe d’un homme voire bien plus d'une femme à une autre. C’est donc un terrain de découverte. Je n’ai pas eu ou que très rarement de “mauvaises surprises” en +15 ans de pratique (et sur un important nombre de femmes). C’est peut-être aussi lié au fait que le plus on pratique, le moins sensible on devient (“self-fulfilling prophecy”) mais en général l’hygiène a été top pour ne parler que de cet aspect.

J’aime particulièrement les femmes naturelles, pas ou peu épilées du minou (le “bush”, l’âge d’or du porno et le cinéma ont eu raison de mon fantasme) comme celles qui élaguent (“le ticket”). Je pense pouvoir dire qu’un bon cunni, c’est avant tout le plaisir d’adopter la région et de l’aimer. Un homme qui va à reculons ou qui est hypocondriaque ne sera pas aussi bon, ou à l’écoute. 

C’est un acte préliminaire, après des baisers par exemple ou durant un massage nu du dos et des jambes, on peut venir embrasser les parties intimes de notre partenaire en refermant de plus en plus sur la zone intime. Ça peut être un repas aussi, on est là que pour ça une demi-heure durant.

Un cunni se pratique merveilleusement bien dans la position 69, en se mettant sur le flanc de sa partenaire, ou, une de mes positions préférées, où ma partenaire est sur moi, par exemple après un rapport avec elle assise sur mon sexe - je la tire vers moi pour déguster, assise sur mon visage. 

En matière de technique, il y en a trop pour les étayer toutes et une ou deux restent des secrets de fabrication mais je dirais que le mot clé est ‘variation’, et qu’il faut suivre le corps et les indications de celui-ci comme un surfeur sur une vague! Embrasser, pénétrer avec le doigt, lécher même goulûment, caresser délicatement l’intérieur de la cuisse, on peut faire 2-3 voir 4 choses en même temps. La langue est puissante elle peut faire beaucoup de gestes, la créativité est le mot d’ordre. 

J’ai remarqué que faire un cunni tout en appuyant légèrement sur le bas ventre était parfois très apprécié par exemple. Idem pour le doigt qui pointe vers le haut de la paroi vaginale. À ce sujet, rassurer la partenaire (c’est moins le genre de chose que l’on travaille sur un coup d’un soir peut-être) sur son sexe, lui dire qu’il est beau, qu’il sent bon, qu’il a bon goût est important. Si elle voit qu’on se régale, elle se détendra. Si un des objectifs est de mener sa partenaire à l’orgasme par un cunni / doigts, lui demander de se détendre pleinement est bien car j’ai remarqué que, parfois, les femmes ont peur d’uriner ce qui peut les empêcher de jouir pleinement ou de lâcher leur 'fontaine'; il faut montrer qu’on en a pas peur. De nombreuses femmes peuvent se révéler 'fontaine' ou avoir un nouveau type d’orgasme même plus tard dans leur vie et cela peut être un objectif, surtout quand ou si on aime recevoir sa giclée! Une fois le conditionnement réalisé ce sera plus facile par la suite.

Un bon cunni se fait aussi en travaillant sur les zones annexes, on peut faire l’aller-retour entre les fesses et le minou, couvrir toute la zone avec sa langue (anulingus). 

Autres techniques intéressantes (en vrac) : 
- Bourdonner en travaillant les lèvres et le clitoris
- Lécher le long des grandes lèvres avec elle entièrement dans la bouche 
- Raidir un peu une lèvre de sa bouche pour mettre un peu de pression sur le clitoris ou sucer ce dernier tout en mettant de la pression, etc. 
- Pour viser une jouissance les doigts peuvent être vigoureusement employés en même temps à l’intérieur de la femme. 
- Le clitoris peut supporter plus de pression et de vigueur après une certaine période d’excitation. Il ne faut pas y aller fort dès le début. 
- Raconter des choses coquines
- Utiliser des perles anales (ou un doigt) tout en pratiquant le cunni et les retirer quand la jouissance arrive.


CONCLUSION

D'abord que les hommes ont volontiers accepté de prêter plume à notre article et nous donnent pas mal de détails au niveau de la technique! Surtout M. Cunnilinguiste et M. Expert! Merci à vous pour votre précieuse contribution.

Pour résumer: on commence doucement, on est à l'écoute, dans le doute, on pose des questions et on demande à se faire guider. Une fois qu'on a trouvé le rythme, on garde la cadence jusqu'aux feux d'artifices!

Amusez-vous bien, et à bientôt pour notre article sur les bonnes techniques de fellation!

Cela dit, n’oubliez pas de vous protéger lors de rapports sexuels. Allez jeter un coup d’oeil à nos produits et trouver la taille qu’il vous faut!